Réduire sa base imposable via un Déficit Foncier pour l’immobilier locatif

Posté le : 23/11/2020

« Baisser l’assiette taxable est toujours une bonne idée à concrétiser avant la fin de l’année » explique Philippe Lauzeral, Directeur Général Délégué de Stellium.

Comment s’y prendre ? Pour les épargnants ayant des revenus fonciers, démarrer des travaux déductibles et les payer avant le 31 décembre aura un double impact : en plus de réduire l’assiette taxable, l’opération aura une influence sur les prélèvements sociaux de 17,20 %.

Faire du déficit foncier est donc toujours payant. Rappelons que les investisseurs immobiliers affichent un déficit foncier lorsque leurs charges de propriété (hors intérêt d’emprunts) sont plus importantes que les loyers perçus. Dès lors, ce déficit est imputable sur le revenu global, dans la limite de 10 700 € par an si le bien est loué jusqu’au 31 décembre de la 3e année qui suit l’imputation du déficit.

Le surplus éventuel est imputable sur les revenus fonciers des 10 années suivantes. Ce dispositif n’est pas soumis au plafonnement global des niches fiscales (10.000 € de réduction d’impôt / an). Et si aucun travaux n’est à réaliser dans le bien immobilier, des solutions existent avec les SCPI (sociétés civiles de placements immobiliers) Fiscales de « Déficit foncier » qui permettent aussi d’accéder à ce dispositif.

Les avantages sont nombreux. La déductibilité immédiate dès l’année de souscription, ce qui à l’approche de la fin de l’année constitue un réel atout et permettra de traiter les revenus 2020. La souplesse d’accès avec un investissement sur-mesure et parfaitement calibré pour effacer les revenus fonciers strictement nécessaires.