Etudiants : Comment se loger pas cher ?

Lorsque l’on est étudiant, la question du logement est primordiale. Malheureusement, souvent, les étudiants sont confrontés à la réalité du marché du logement en France : des prix exorbitants, et notamment dans les grandes villes étudiantes. Selon l’indicateur FAGE, à la rentrée 2018, le loyer a coûté en moyenne 513€ aux étudiants, soit 23% de leur budget. Roomlala, spécialiste de la location chez l’habitant de moyenne et longue durée, vient de dévoiler l’édition 2019 de son baromètre des loyers.

En France, des loyers qui restent accessibles

Premier constat du baromètre des loyers 2019 de Roomlala : globalement, les loyers des chambres chez l’habitant sont en hausse. Ils sont passés de 328€ en 2018 à 333€ en 2019 en moyenne. Malgré cette augmentation, le chambre chez l’habitant est en moyenne 25% moins chère que le studio* dans les grandes villes étudiantes. Ainsi, à Paris, la chambre chez l’habitant coûte 575€ contre 975€ pour un studio. À Lyon, le chambre coûte 385€ contre 547€. Des différences notoires qui poussent les étudiants à chercher un logement chez l’habitant plutôt qu’un studio classique.

La location d’une chambre chez l’habitant implique que le locataire s’installe chez le propriétaire. Il dispose ainsi de sa propre chambre qui doit respecter les normes imposées par la loi : une surface habitable de 9m2 loi Carrez minimum, la présence d’une fenêtre ainsi que des équipements obligatoires. Le locataire et le propriétaire partagent le reste du logement, lorsque le locataire ne dispose pas d’une partie privative. « En plus de bénéficier d’un loyer plus faible que celui d’un logement entier, cette formule de location permet aussi de diviser les charges, de n’avoir aucun frais d’agence à débourser et de profiter d’un cadre de vie plus spacieux », précise Philippe de Rouville, fondateur de Roomlala.

Ville par ville, la chambre chez l’habitant a la cote

Lorsque l’on compare les données du baromètre des loyers 2019 de Roomlala à l’argus des loyers de studios*, on comprend vite le choix que de plus en plus d’étudiants font. Un étudiant niçois devra débourser 439€ pour se loger dans une chambre chez l’habitant contre 550€ pour un studio classique. Un jeune venu faire ses études à Strasbourg dépensera 375€ pour une chambre chez l’habitant et 482€ pour une studio. Autre exemple : pour étudier et se loger à Lille, il faudra payer un loyer de 360€ pour une chambre chez l’habitant contre 482€ pour un studio.

On constate également que dans la plupart des villes, les loyers de la chambre chez l’habitant sont en hausse en 2019. Font figure d’exceptions la ville de Rouen, avec un loyer en baisse de 2% par rapport à 2018, la ville de Lille avec un loyer en baisse de 1% par rapport à l’année dernière et les villes de Nantes, Angers, Bordeaux dont les prix des loyers stagnent par rapport à 2018.

En Île-de-France, en Bretagne et en Occitanie : la chambre chez l’habitant très intéressante par rapport au studio

Selon le baromètre 2019 des loyers de Roomlala, on constate que les étudiants d’Île-de-France, de Bretagne et d’Occitane auront bien fait de louer une chambre chez l’étudiant plutôt qu’un studio, jusqu’à 41% plus cher.

On constate sans grande surprise, que l’île-de-France est la région la plus chère pour se loger lorsque l’on est un étudiant avec un loyer de 430€ en moyenne. Viennent ensuite la région Provence-Alpes-Côté d’Azur avec un loyer de 398€, puis l’Auvergne-Rhône-Alpes avec un loyer moyen de 398€. En bas du classement, la région Pays-de-la-Loire propose le loyer le moins cher de France avec un prix moyen de 288€.

L’Île-de-France concentre les loyers les plus élevés avec une moyenne de 430€.

Les régions dont les loyers de chambre chez l’habitant sont abordables sont l’Auvergne-Rhône-Alpes (337€), l’Occitane (330€), le Grand Est (327€), les Hauts-de-France (321€), la Normandie (323€) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (398€).

Les régions dont les loyers sont très abordables sont la Nouvelle-Aquitaine (306€), la Bretagne (290€), le Pays-de-la-Loire (288€), le Centre-Val-de-Loire (295€) et la Bourgogne-Franche-Comté (304€).